Scénario : ZIDROU

Dessin : Josep HOMS

Editions DARGAUD

 

Le précédent tome de SHI avait laissé Jennifer Winterfield et Kita en très fâcheuse posture dans une bâtisse en flamme. Ce qui laissait supposer une disparition tragique mais ô combien salutaire pour la famille de Jenny et ce groupe de vicelards nostalgiques (et maîtres chanteurs) de l’empire britannique tout puissant, Les glorieux Eriès.

Mais pas d’bol, Jenny et Kita sont vivantes et en passe de faire un peu le ménage parmi ceux ayant causés leur malheur, avec le concours de la petite Pickles et de ses deux jeunes amis formant son gang des rues, les Dead Ends, Husband et Sainte Marie des Caniveaux ^^ .

Parmi les chanceux, celui ayant pris le bébé mort de Kita, celui ayant « agrémenté » l’internement des deux femmes maintenant amies, sans oublier l’homme de Dieu (ça fait bizarre d’écrire ça ^^) et pervers de « mari » de Jenny. Pour la suite des joyeusetés revanchardes, il va falloir lire ce tome 3 qui marque la revanche du duo martyrisé dans les deux précédents albums et ça fait du bien.

Dans cet album, la reine d’Angleterre se fait plus présente et prend un peu les choses en main, dans l’intérêt de l’Empire semble-t-il mais pas dans le sens bienveillant je dirais.

On pensait la vie de Jenny déjà très compliquée mais elle va le devenir encore plus après une révélation familiale douloureuse qui devrait déboucher sur un développement intéressant pour le dernier tome de ce premier cycle de SHI.

Notez aussi que dans ce 3ème opus, point de flashbacks de l’organisation SHI à notre époque. J’ai assez hâte de connaître la conclusion de ce premier cycle avec le 4ème album et de voir enfin finaliser les bases de SHI à notre époque.

Ça promet d’être passionnant avec des dessins de Homs toujours magnifiques. La double page de fin est juste somptueuse. Et vive les tatouages ! 😉

 

Pierre