Scénario : Jean David Morvan

Dessin : Rey Macutay

Couleur : Walter Pezzali

Il s’agit là d’une adaptation d’une œuvre de Barjavel, célèbre auteur français que j’avais eu l’occasion de lire au collège, il y a …longtemps ! 🙁

Me souviens plus de ce que c’était en plus, mais ça n’était pas Ravage.

Cette première partie commence très, très fort avec un champ de bataille enneigé, dont on n’arrive pas vraiment à situer l’époque, surtout lorsque l’on y retrouve pèle mêle des casques anti émeutes avec des arcs ou autres casque de hockey, haches !

Le Patriarche, chef des attaquants doit montrer l’exemple à ses troupes qui marquent le pas dans le siège de la place forte du Forgeron du Mont Ventoux !

Et bigre, du haut de ses 130 ans, il tient la forme le bougre et l’exemple il va le montrer, c’est le moins que l’on puisse. Il va trancher dans le vif, au vrai sens du terme ! Les scènes de combats sont époustouflantes ! ^^

Mais quand on se retrouve en flashback, dans un environnement futuriste, les équipements de la bataille prennent sens et l’on se dit que l’humanité a vécu un revers civilisationnel majeur !

On retrouve le Patriarche à Marseille en 2052, il se nomme en fait François Deschamps, est un étudiant brillant à qui tout réussi (pour l’instant…). Il se rend sur Paris pour y retrouver une amie chère à son cœur, Blanche Rouget. Cette dernière vit une situation exceptionnelle puisqu’elle va changer de vie en devenant une artiste préfabriquée, formatée par un producteur aux ambitions pas toutes si artistiques que cela, Monsieur Seita !

Le décor est planté pour le revers civilisationnel dont je parlais avant. Je vais laisser le reste à découvrir, parce que ça vaut la peine.

Tout est bien amené, même si j’ai été d’abord surpris par l’arrivée du flashback en 2052. Mais Rey Macutay parvient à éclipser les décors neigeux sans technologie du Mont Ventoux et de la bataille sanglante, avec un environnement futuriste aux voitures volantes, des trains à grande vitesse flottants dans des tunnels transparents, des bâtiments futuristes entourant les vieilles bâtisses de Paris ou de Marseille. Par contre, y a toujours des Vélibs ! Héhéhé ! ^^

Tout est bien placé pour donner l’envie de vite embrayer avec la lecture du tome 2, même pour lire le livre de Barjavel !

J’attends avec impatience le Tome 2, il faut que je sache si le Patriarche va aller sur ses 131 ans et aussi, je n’ai pas assez vu Blanche ! 😉

 

Pierre