giorgio cavazzano
Giorgio CAVAZZANO

Né un 19 octobre à Venise, Giorgio voit ses premiers dessins publiés dans « Il Piccolo Missionario » alors qu’il n’est âgé que de 12 ans. L’année d’après, il commence à faire de l’encrage pour son cousin CAPITANIO avant de faire son apprentissage auprès de Romano SCARPA, son aîné de vingt ans, qui dessine « Topolino » (Mickey en Italie ) pour Walt Disney. Les dix années qu’il passera à ses côtés ne l’empêchent pas d’élaborer sa propre production dès 1967 en dessinant « Paperino e il singhiozzo a martello » sur une histoire et un scénario de BAROSSO et PAOLO.
S’il va peu à peu marquer de son empreinte la manière de dessiner du « Disney », il n’en reste pas moins un auteur éclectique. Son intérêt pour l’œuvre d’autres auteurs comme ses compatriotes JACOVITTI et BATTAGLIA ou, plus près de nous, FRANQUIN et UDERZO vont l’amener à dynamiser son dessin jusqu’à devenir un style particulier. Aux centaines de dessins qu’il va fournir sous le label Disney et souvent édités par Hachette et Edi-Monde s’ajoutent des histoires comme « Walkie & Talkie », « Oscar & Tango », « Altai & Jonson », « Smalto & Jonny » et bien d’autres encore.
Dans les années 70-80, sa rencontre avec François CORTEGGIANI va donner lieu à diverses histoires comme « Peter O’Pencil » en 77, « Capitan Rogers » publié en France à la fin des années 80 ou encore « Timothée Titan » en 86 et sera le début d’une longue amitié.
Directeur artistique de l’hebdomadaire « PIF », il signe plusieurs histoires et publie des albums de 87 à 96.
Avec l’espagnol Sergio ARAGONES au scénario paraît « Jungle Bungle » en 91 publié dans le journal « Spirou » sous le titre « Orang & Outan ».
En 2004, il fait un clin d’œil à sa ville natale en y faisant évoluer « Spider-Man » sous son trait incomparable.
S’il est une comparaison que l’on puisse faire avec l’œuvre de Giorgio, c’est avec le travail d’un autre grand de chez Disney, Carl BARKS. Tous deux ont réussi à faire évoluer leurs personnages, Donald entre autre, malgré des critères disneyens très stricts. Ils ont su garder l’esprit de Walt Disney tout en apportant une vigueur et un modernisme hors du commun.
Giorgio CAVAZZANO a été l’invité d’honneur du festival d’Angoulême en 2005 et nous fait le très grand honneur d’être le parrain de STRASBULLES 2013. Nous l’en remercions.

cavazzano 1

cavazzano 2

cavazzano 3
A.P.