scénariste (s) : Julie Birmant
dessinateur (s) : Clément Oubrerie
coloriste (s) : Sandra Desmazières

éditions Dargaud – 16,95€
date de sortie : septembre 2012

Ce 2e album de Pablo commence avec un Picasso délaissé par Fernande, qui boude l’artiste sans le sou. Guillaume Apollinaire, jeune poète érudit, et Max Jacob vont aider le peintre à reconquérir le coeur de sa fiancée. Puissances occultes et stratagèmes de poètes fougueux finiront par ramener Fernande à Pablo, fou d’elle. Nous sommes en 1905, la peinture de Picasso intéresse moins les marchands. Pas pour longtemps… les Stein, Américains éclairés et mécènes, débarquent à Paris, lui achètent des toiles et invitent le couple chez eux. Avant de partir pour l’Espagne avec Fernande, l’artiste, fasciné par le charisme de Gertrude Stein, commence son portrait.

On retrouve avec plaisir Picasso, l’homme, le jeune fou : fou d’amour, fou de libertés, fou d’amitiés.

Voilà une biographie agréable à lire et à déguster. Loin des poncifs de cet icône de l’art, nous vivons avec ce jeune couple les difficultés de la vie d’artiste méconnu (inconnu?) à cette époque folle du Paris des premières années 1900. Et plus particulièrement lors cet hiver 1904, qui marque un nouveau tournant dans le style Picasso avec la rencontre d’Apollinaire, mais aussi du clown Grock au cirque Méddrano et des rêves apportés par l’opium. Nous y croisons des géants de l’art, qui ne sont que des hommes libres, fous, volages, sanguins, sans le sou et sans tabous.

Plongez, vous ne le regretterez pas!

LM