scénariste (s) : Jérôme Charyn
dessinateur (s) : François Boucq
éditeur : Le Lombard
parution : novembre 2014

Emprisonné en même temps que ses parents, c’est à l’âge de sept ans que Pavel découvre l’enfer du goulag. Séparé des siens, il doit apprendre à survivre seul.

Quelques années plus tard, il connaît bien les règles qui régissent son univers : la violence permanente, l’incurie des gardiens, la toute-puissance des chefs de gangs. Il sait que s’endurcir ne suffit pas. Grâce à ses talents de tatoueur, il obtient la protection de Kiril-la-Baleine et s’intègre dans l’univers cruel des caïds.

Mais dessiner pour le diable a toujours un prix…

une nouvelle fois, le duo Charyn/Boucq se reforme pour nous livrer une BD incroyable. Le talent de Boucq au crayon et au pinceau explose pour dépeindre la triste réalité des goulags et de la violence new-yorkaise ; encore une fois direz vous mais impossible de s’en lasser! Même si l’intrigue principale est plutôt basique, le tempo entre le passé et le présent est bien géré. L’histoire est intéressante, les personnages très bien trouvés et un personnage principale étonnement profond et attachant. Un roman graphique qui n’est peut-être pas aussi abouti que « Bouche du diable » mais digne de la collection Signé.

bonne lecture
LM