scénariste (s) : Richard Marazano
dessinateur (s) : Marcelo Frusin
éditions Dargaud – 13,99€
date de sortie : mars 2012

Dans le premier tome du Protocole Pélican, le lecteur a fait connaissance avec quinze personnes détenues dans un lieu tenu secret après avoir été enlevées. Vêtues d’une combinaison orange, elles étaient alors devenues des « unités », surveillées par des « compagnons » et soumises à des expériences menées par les « confidents ». Dans ce deuxième tome, un événement vient bousculer la routine terrifiante de ce lieu clos : un jour, les portes des cellules sont mystérieusement ouvertes. Les compagnons ont tous disparu. Livrées à elles-mêmes, les unités vont devoir s’organiser pour tenter de recouvrer leur liberté…

Le travail sur la lumière est impressionnant, on dirait du travail de photographe ou de vidéaste! On sent la palette graphique, du coup je trouve que les traits manquent de finesse et de variété même si ce n’est pas vraiment le cas. Les personnages sont très (trop?) blancs et l’ambiance générale est froide, renfermée, sans âme, tout cela participe au scénario et renforce ce huis-clos stressant, oppressant et … froid, pardon je devrais dire d’une objectivité scientifique. On progresse lentement dans ce protocole, trop lentement à mon goût et j’ai l’impression de tourner en rond malgré quelques éléments qui annoncent des changements importants. On est arrivé à la moitié de la série (4 tomes en tout) et la suite est prévue pour dans 6 mois, rythme soutenu s’il en est.

LM

LM