Scénario: Xavier Dorison

Dessin et couleurs: Joël Parnotte

Ca, c’est un album qu’il va vous falloir ! Pourquoi ? Déjà parce que c’est superbement dessiné par Joël Parnotte et aussi parce que l’histoire de ce maître d’armes, contée par un Xavier Dorison au mieux de sa forme, est juste passionnante. De plus, quand on me parle de l’histoire de France, je suis assez client. On apprend beaucoup de choses dans ce one shot !

Le Roi de France avait, traditionnellement, un maître d’armes, soit je ne m’en souvenais plus, soit on ne nous l’a jamais dit en cours. Quoique, dans les films de cape et d’épée, j’ai du voir passer ça. Sinon, y avait Musclor aussi, mais je m’égare. ^^’’’’’’

L’histoire en 1531 par un duel entre Hans Stalhoffer, épéiste et maître d’armes de François 1er et le prétendant à sa succession, le Comte Maleztraza, fin (et fourbe) escrimeur. C’est clairement un changement d’époque qui se concrétise avec cette opposition de deux types d’armes (épée et rapière), deux caractères, dont l’issue, quelque peu inattendue, va tracer une des trames de cet album. On comprend vite que cette époque était violente, cruelle et c’est aussi bien de se remémorer que nombre de décisions (et punitions…) se faisaient au nom de la religion. Une religion qui n’était accessible qu’à l’élite de la société, une élite qui savait lire le latin et donc la bible.

L’autre trame de ce magnifique album découle de cet élite qui se retrouve en danger, par la volonté de Gauvin, chirurgien du roi, en disgrâce et ami de Hans, de faire imprimer une traduction de la bible, du latin vers le « vulgaire » ! J’ai appris du coup que «vulgaire » signifiait « français », donc accessible à toutes et tous !! Danger donc pour les nantis de voir la bible rendue compréhensible aux gueux, au commun des mortels, d’où une volonté de faire taire Gauvin, son jeune disciple Casper et forcément Hans Stalhoffer, qui les accompagnera dans cette volonté de justice (mais un peu à reculons quand même…)!

Ahlalala ! J’aurais envie d’en dire plus, mais je vais vous laisser lire cet album qui a tout pour lui, un récit solide, plein d’action, de réflexion et d’histoire de France, des dessins somptueux, détaillés, dynamiques et sauvages, avec des décors en montagne, à couper le souffle !!

Et que dire de la version noir et blanc des éditions Black & White qui nous sert un album en format Tirage de Tête ? C’est juste exceptionnel, le noir et blanc rend vraiment hommage aux dessins de Joël Parnotte et quels bonus de dingue aussi !

Mais même si cette version est déjà devenue collector et introuvable, l’album en version classique, parue chez Dargaud, vaut le détour et vous fera passer un moment de lecture mémorable.

 

Pierre