Corto Maltese – Equatoria

Canales et Pellejero

 

Il y a des reprises, des suites et puis des « à la façon de » et le dessin de Pellejero de ce deuxième tome d’après Hugo Pratt est clairement très inspiré. Là où c’est fort c’est que on croirait du Pratt, ça a le goût du Pratt mais ça n’en est pas et c’est très agréable à lire.

 L’histoire tient la route, on y rencontre des personnalités connues, des dérangés, des paumés mais on y flane peu, pas de place pour la rêverie, un tout petit peu de poésie pour faire passer la pilule.

Le trait y est mais pas l’esprit et Corto au-delà du dessin c’est un état d’âme et clairement c’est très difficile à reprendre, plaisant à lire mais je reste sur ma faim (fin)…

Editions Casterman

A bonne lecture

Pascal