ANDREAS – PARRAIN 2018

Strasbulles, festival européen de la BD de Strasbourg reviendra  cette année du 8 au 10 Juin 2018 place Kléber.

Cette année, Andreas nous fait l’honneur de présider cette 11ème édition et nous livre une affiche de toute beauté, sublimée par le talent de Isa Cochet pour la mise en couleur !

 

Chers amis bédéphiles,
L’équilibre de Strasbulles, toujours plus difficile à maintenir au fil des éditions, nous amène à mettre en place de nouvelles règles concernant l’accès du public aux auteurs en dédicace à Strasbulles2018. Suite à une série de défections et une réduction notable des aides il nous est difficile de maintenir à la fois la gratuité et la qualité de Strasbulles sans recourir à ces mesures que, nous l’espérons, vous comprendrez.

Téléchargez le programme (PDF)

Le mot du Maire

Bienvenue à la onzième édition de Strasbulles et à l’équipe renouvelée qui veille désormais à ses destinées. J’invite les Strasbourgeois à venir nombreux à la rencontre des auteurs de bandes dessinées qui nous font l’honneur de leur présence et notamment d’Andreas, le parrain de cette édition. Cet auteur, originaire d’Allemagne, a conquis un public fidèle grâce à son trait si particulier qui emprunte à la technique cinématographique avec ses dessins pleine page cohabitant avec des planches comptant plus de 20 vignettes. Bienvenue également à la Serbie, pays invité d’honneur, qui investit tout naturellement le lieu d’Europe !

Mais Strasbulles sera présent sur d’autres sites tels que le bateau du Rhin,  et bien sûr place Kléber et à l’Aubette, au cœur de la Ville. Comme tous les ans, les professionnels de la bande dessinée, auteurs, dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs et libraires, seront à la disposition des visiteurs pour les faire voyager dans l’univers de cet art visuel majeur.

 

Roland Ries

Maire de Strasbourg

 

C’est à Weissenfels, petite ville de campagne située au cœur de la région industrielle d’optique et de chimie de la RDA qu’Andreas Martens voit le jour en 1951. Il a 9 ans lorsqu’il quitte le pays et son périple l’amènera en 1965 à Düsseldorf afin d’y suivre ses études puis d’entrer aux Beaux-Arts.

 Arrivé en Belgique à l’âge de 22 ans, il va suivre l’enseignement de l’institut Saint-Luc durant 3 ans ainsi que les cours dispensés par Eddy Paape à l’Académie de Saint-Gilles. Des rencontres d’auteurs comme Berthet, Cossu ou Foerster dont il partagera l’atelier dès 1977 vont lui permettre d’élargir son univers graphique. En 1978, il rejoint Paris avant de s’installer définitivement en Bretagne.

 Voilà ce que l’on pourrait dire en deux mots du parcours d’un jeune homme passionné par la BD. Mais regardons d’un peu plus près l’œuvre d’un des maîtres du 9° Art…

 On peut considérer que certains auteurs font partie d’un courant graphique. Avec Andréas, c’est une nouvelle forme d’expression qui voit le jour. Dès le numéro de juillet-août 78 du mensuel (A SUIVRE), on découvre un monde étrange. Sur des scénarios de François Rivière, le dessinateur va nous faire découvrir son aptitude à utiliser la carte à gratter comme support et à s’affranchir rapidement des conventions  pour nous offrir des planches d’une construction très originale. Des histoires, quasi vraisemblables, qui dépeignent des moments de la vie de célébrités comme Lovecraft, Agatha Christie, Jules Verne ou Pierre Loti (où il utilise de manière novatrice le format à l’italienne), et qui paraitront en album en 80 dans « Révélations posthumes ». Il co-signe avec Eddy Paape la BD « Udolfo » avant de nous envoûter graphiquement avec « Cromwell Stone » et « Cyrrus ».

 Si l’on perçoit déjà chez Andreas une envie d’exploiter le médium de la Bande Dessinée sous toutes ses formes et dans toutes les directions, ce sera dans ses séries incontournables comme « Rork » (de 1984 à 2015), « Capricorne » (de 1997 à 2017) et « Arq » (de 1997 à 2015) qu’il va nous montrer tout son talent. Si ses histoires traitent régulièrement d’univers parallèles, d’ésotérisme et quêtes diverses ou d’intrigues judicieusement ficelées, avec une part de bien et de mal pour asseoir son récit, son graphisme  explose littéralement. Utilisant la pleine page, voire la double page pour un même dessin, il peut aussi la découper en plus de 20 vignettes, donnant quelquefois un style cinématographique à ses planches et n’hésitant pas à superposer les histoires comme s’il utilisait une caméra multiplane. Il va ainsi se servir de tous les artifices de couleurs, styles, angles de vue et composition pour nous plonger dans ses récits. Si les histoires qu’il nous conte peuvent parfois sembler un peu alambiquées, il ne faut pas s’y tromper : Andreas est passé maître dans les rebondissements et dans l’art de jouer avec le lecteur. Il donne l’impression de tisser sa toile avant de capturer sa proie et il faudra attendre la fin d’une série pour en savourer tous les instants et parfois en comprendre les tenants et les aboutissants.

 Mais l’auteur sait aussi se diversifier dans les genres et dans les rôles. On le retrouve ainsi comme scénariste pour « Mortes saisons » avec Philippe Berthet au dessin ou « Mobilis » avec Christian Durieux aussi bien que dessinateur de Luc Orient avec Eddy Paape ou « Donjon Monsters » avec Joann Sfar et Lewis Trondheim et plus récemment un retour aux albums « Dérives » avec divers scénaristes.

 

 Andreas ressemble un peu à ses héros. Il est toujours en quête de quelque chose, ne réussissant jamais à se satisfaire de son Art. Il paraît utiliser ses personnages comme des avatars qui feront les routes qu’il n’a pas pu suivre. Et si à ce jour, malgré une soixantaine d’albums parus il est toujours en recherche, c’est pour notre plus grand bonheur. Bienvenue au parrain de la 11° édition de Strasbulles et aux mondes d’Andreas.

 

A.P.

Comme chaque année, notre beau festival invite un autre pays de bandes dessinées et cette fois, nous avons l’honneur de recevoir la SERBIE. Un pays qui compte parmi ses artistes, de nombreux dessinateurs et scénaristes de renom.

Pour cette 11ème édition du festival de Strasbulles, nous aurons la chance de vous présenter les auteurs suivant :

 

LA GUERRE DES LULUS – La Perspective Luigi Tome 1 de 2

août 18th, 2018|0 Comments

Scénario : Régis Hautière Dessins : Damien Cuvillier Couleurs : David François Editeur : Casterman   Voilà une histoire attendue des fidèles de la série des Lulus ! C’est effectivement un trou dans leur périple passionnant que l’on nous annonçait [...]

ROAD THERAPY

août 18th, 2018|0 Comments

Scénario : Stéphane Louis Dessins : Lionel Marty Couleurs: Véra Daviet Editeur: Bamboo Collection Grand Angle   Je m’étais déjà essayé au trio d’artistes de Road Therapy, avec l’album L’AMOUR EST UNE HAINE COMME LES AUTRES et [...]

UN CIEL INFINI Tribulations d’un suisse à New York

août 14th, 2018|0 Comments

Auteur : David Boller Editeur : Virtual Graphics www.virtual-graphics.ch   Voilà un roman graphique autobiographique vraiment sympathique qui m’a été conseillé par une amie et elle a même fini par le prêter. Quelle bonne idée ce fut [...]

BAKER STREET – All you need is Holmes

mai 27th, 2018|0 Comments

  Scénario: Pierre VEYS Dessin: Nicolas BARRAL Couleur : Scarlett SMULKOWSKI Déjà, je ne sais toujours pas comment j’ai fait pour passer à côté d’une telle série ?? Cette intégrale renferme 5 albums de la série BAKER [...]

CONAN LE CIMMERIEN – Tome 2 – Le Colosse Noir

mai 27th, 2018|0 Comments

Adaptation et scénario : Vincent BRUGEAS Dessin et couleur : Ronan TOULHOAT Editions Glénat   Cette fois ci, Conan est plus mastoc que dans la version de Pierre Alary dans le tome 1, on se rapproche plus [...]

CONAN LE CIMMERIEN – T1 – La Reine de la Cote Noire

mai 27th, 2018|0 Comments

Adaptation et scénario : Jean-David MORVAN Dessin : Pierre ALARY Couleur : SEDYAS Editions Glénat Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à partir du moment où j’ai eu vent de l’existence de cette collection, l’impatience est allée [...]